«

»

mai 15

Imprimer ceci Article

Dictionnaire

A

ABRASION :

Action d’user par frottement ou d’enlever par grattage.

 

ACIDE :

Le caractère acide d’un liquide ou d’une solution se mesure par le pH. Tout liquide ayant un pH inférieur à 7 est dit « ACIDE ». La principale caractéristique des acides est de libérer des ions hydrogène. Antagoniste de BASE ou ALCALIN.

 

ACTIVATEUR de PERBORATE :

Additif utilisé dans les lessives permettant d’augmenter les propriétés désinfectantes et de blanchiment du sel de bore.

 

ADDITIF :

Substance ajoutée à un produit lors de sa fabrication pour augmenter ses performances ou en faciliter son utilisation.

 

ADDITIF COLORIMÉTRIQUE :

Substance ajoutée à un produit et changeant de couleur selon le pH e la solution. L’observation du changement de couleur permet de déterminer si l’action du produit est totale ou si le pH désiré est atteint.

 

AÉROBIE :

Se dit de micro-organismes qui ne peuvent se développer qu’en présence d’air ou d’oxygène libre – Antagoniste : ANAEROBIE

 

AGENT PÉNÉTRANT :

Produit chimique ajouté à la formule d’un produit fini, permettant un travail rapide et facilitant l’action des tensio-actifs pour la dissolution des corps gras et des saletés.

 

AGRÉE CONTACT ALIMENTAIRE :

Cette mention signifie que le produit concerné est conforme à l’arrêté du 08/09/1999, relatif aux produits de nettoyage du matériel pouvant entrer au contact des denrées alimentaires. Ce produit est donc autorisé en cuisine.

 

ALGISTATIQUE :

Produit ayant la propriété d’inhiber momentanément la prolifération des algues dans des conditions définies.

 

ALIPHATIQUE :

Corps chimique d’origine organique, à chaîne carbonée linéaire ou ramifiée, présent dans certaines compostions de dégraissants solvantés.

 

AMMONIUM QUATERNAIRE :

Famille de produits ayant des propriétés tensioactives. Se classe parmi les composés cationiques ayant une activité bactéricide, fongicide, algicide et désinfectante.

 

ANAEROBIE :

Micro-organismes qui se développent normalement dans un milieu dépourvu d’air ou d’oxygène.

 

ANODISATION :

Traitement spécifique de l’aluminium qui permet de déposer électro chimiquement une couche protectrice contre la corrosion et embellir la pièce.

 

ANTISEPSIE :

Opération de désinfection au niveau des tissus vivants.

 

ANTISTATIQUE :

Qui empêche ou limite le développement de l’électricité statique à la surface des matières plastiques, réduisant ainsi l’attraction des poussières.

 

AQUEUSE :

Qui contient de l’eau. Pour une solution, indique que le solvant est l’eau.

 

AROMATIQUE :

Outre le caractère parfumé qu’on lui connaît, un composé aromatique désigne également une famille de composés organiques à structure cycliques, nocifs et inflammables (Exemples : Benzène, Xylène, Toluène,…).

 

AUTOLUSTRANT :

Définition d’un produit qui rend un sol brillant sans action de frottement importante.

 

AZURANT OPTIQUE :

Substance utilisée dans les lessives pour blanchir le linge.

 

B

BACTÉRICIDE :

Produit ayant la propriété de tuer les bactéries dans des conditions définies.

 

BACTÉRIE :

Micro-organismes unicellulaire formant un règne autonome, considéré comme n’étant ni animal, ni végétal, de formes très variées pouvant vivre au dépens de matières organiques en provoquant la décomposition ou comme parasite de l’homme, des animaux et des plantes. La décomposition des matières organiques par les bactéries est à l’origine de mauvaises odeurs.

 

BACTERIOSTASE (AFNOR) :

État d’une population bactérienne dont la multiplication est momentanément inhibé.

 

BACTÉRIOSTATIQUE (AFNOR) :

Produit ayant la propriété d’inhiber momentanément la prolifération des bactéries dans des conditions définies.

 

BALAYAGE HUMIDE :

Technique d’essuyage, destinée à retenir les fines particules et poussières sur une gaze humide pour empêcher leur remise en suspension dans l’air.

 

BAR :

Unité de pression : 1,2 Kg./cm2 .Pression atmosphérique = 1 Atmosphère = 1 bar.

 

BASE :

Équivalent d’alcalin. En opposition avec l’acide dans l’échelle de pH (pH supérieur à 7). Plus le pH est proche de la valeur 14, plus le liquide est basique (Exemples : Soude, Potasse).

 

BIOCONTAMINATION :

Contamination d’une surface (biologique ou inerte) ou d’un fluide, par des microorganismes véhiculés par l’air (contamination aéroportée ou aérobiocontamination), des êtres vivants (dans ce dernier cas, le contact des mains est primordial ; contamination manu portée) ou par les objets.

 

BIODÉGRADABLE :

Caractéristique d’un produit qui, laissé à l’abandon, est susceptible d’être décomposé par des organismes vivants.

 

BIOTOPE :

Milieu biologique offrant à une population bien déterminée des conditions d’habitat relativement stable.

 

BITREX :

Substance amère contenue dans certains produits, permettant de dissuader d’avaler les liquides – Sécurité enfant.

 

C

CALAMINE :

Oxyde qui apparaît à la surface des métaux soumis à une haute température.

 

CALCAIRE :

Dépôt blanchâtre de sels minéraux résultant de l’évaporation de l’eau. Peut se retrouver en grande quantité dans les tuyauteries et les serpentins. Le tartre est essentiellement constitué de carbonate de calcium.

 

CARBONATE DE CALCIUM :

Le carbonate de calcium est le composé majeur des calcaires comme la craie, mais également du marbre. C’est aussi le constituant principal des coquilles d’animaux marins, du corail et des escargots.

Le carbonate de calcium (CaCO3) est composé d’un ion carbonate (CO32-) et d’un ion calcium (Ca2+), sa masse molaire est de 100,1 g/mol.

Le carbonate de calcium cristallise naturellement avec deux formes cristallines principales : l’aragonite et la calcite. Les deux autres formes cristallines sont plus rares : la vatérite & un hexahydrate, forme intermédiaire peu stable qui évolue vers la calcite. Il peut se présenter, dans les processus de cristallisation, sous forme de colloïde contenant de fins cristaux des formes plus stables.

 

CELLULE :

Masse de protoplasme limitée par une membrane et renfermant un noyau, correspondant à la plus petite quantité de matière vivante structurée douée de vie autonome et susceptible de se reproduire.

 

CENTRALE de DÉSINFECTION :

Appareil de dilution permettant de pulvériser une ou deux solutions parfaitement dosées de liquide de nettoyage ou de désinfection en cuisines et laboratoires.

 

CHELATANT :

Substance qui favorise la précipitation des ions métalliques sous forme de composés inactifs.

 

CONCENTRE :

Produit ayant une proportion très élevée de matières actives entrant dans sa composition.

 

CONDENSATION :

Phénomène par lequel un gaz, une vapeur, diminue de volume et augmente de densité. Elle s’obtient par compression ou par refroidissement. Par exemple, la différence de chaleur entre la vapeur et une vitre produit à leur contact des gouttelettes d’eau.

 

CONTAMINANT :

Corps de nature physico-chimique (solide, liquide, gazeux,) ou biologique (microorganisme, toxine) responsable de la contamination.

 

CONTAMINATION :

La contamination est un processus entraînant la présence de micro-organismes pathogènes ou potentiellement nocifs sur une personne, sur une surface, dans un espace protégé ou dans un fluide. L’élément indésirable entraîne une perturbation d’ordre qualitatif ou quantitatif d’une opération précise dans laquelle intervient la personne, la surface contaminée, l’espace protégé.

 

CORROSION :

Dégradation chimique ou naturelle d’un support. La corrosion des métaux est essentiellement le résultat de leur oxydation.

 

CRISTALLISATION :

Phénomène par lequel les parties d’une substance qui était à l’état gazeux ou dissoute dans un liquide se rapprochent les unes des autres, en vertu de leurs propres attractions, pour former un corps solide d’une figure régulière et déterminée. La cristallisation d’un marbre est l’apport d’une substance liquide (acide oxalique) accompagné d’une action mécanique. Cette action durcit superficiellement le marbre et le fait briller.

 

CURATIF :

Traitement servant à éliminer totalement une substance ou un organisme (Bactéries, Champignons, Algues,…) présent sur un support et présentant un désagrément olfactif ou visuel.

 

D

DÉCAPANT :

Produit utilisé pour nettoyer et mettre à nu une surface, en enlevant les impuretés qui la recouvrent.

 

DÉCONTAMINATION :

Opération au résultat momentané permettant d’éliminer ou d’inhiber les microorganismes indésirables, en fonction des objectifs fixés.

 

DÉGRIPPANT :

Produit permettant de libérer écrous, vis,… de la rouille en dissolvant les oxydes de fer.

 

DENSITÉ :

Rapport de la masse d’un certain volume d’un produit par rapport à la masse du même volume d’eau (Exemple : la densité de l’eau = 1). Ce rapport est égal à la masse volumique.

 

DÉPÔT ORGANIQUE :

Accumulation sur une surface de dépôts végétaux ou animaux.

 

DÉSINFECTANT :

Produit ou procédé utilisé pour la désinfection ou la décontamination dans des conditions définies.

 

DÉSINFECTION :

Opération au résultat momentané permettant d’éliminer les micro-organismes et/ ou d’inactiver les virus indésirables portés par des milieux inertes contaminés, en fonction des objectifs fixés.

 

DÉSINSECTISATION :

Élimination systématique par tout traitement approprié des insectes dans un local ou un support bien défini.

 

DESTRUCTEUR d’ODEUR :

Produit permettant par sa composition la destruction totale et irréversible des odeurs. Il agit en rompant les liaisons intramoléculaires de toutes les mauvaises odeurs d’origine animale, végétale ou industrielle.

 

DÉTARTRAGE :

Dissolution du tartre ou du calcaire présent dans les tuyauteries et les serpentins, grâce à un produit acide.

 

DÉTERGENT :

Produit qui détache les salissures adhérentes à des surfaces pour les mettre en solution ou en suspension. Un détergent est composé d’agents tensio-actifs ou d’hydrocarbures ce qui le rend capable d’enlever les salissures. La détersion est un élément d’hygiène fondamental, puisqu’il permet d’éliminer une grande partie des bactéries présentes sur, en particulier la peau, les ustensiles servant à la préparation et à la consommation des repas.

 

DIÉLECTRIQUE :

Caractéristique d’un produit qui réalise une isolation électrique, évitant les phénomènes de court-circuit par exemple. Les solvants diélectriques ont des tensions de claquage supérieures à 30 000 V.

 

E

EAU DOUCE :

Eau très peu chargée en calcaire : TH inférieur à 10. TH est le titre hydrotimétrique qui sert à mesurer la dureté de l’eau, c’est donc la concentration en mg/l de calcium et de magnésium dans l’eau. L’eau douce est une eau qui, à l’inverse de l’eau dure ou de l’eau de mer, contient peu de sels dissous. Elle contient généralement moins d’un gramme de matières solides dissoutes (comme les sels, métaux et éléments nutritifs) par litre. La turbidité désigne l’opacification de l’eau causée par la présence de matières solides en suspension. On parle aussi d’eau douce pour une eau peu calcaire (inversement, une eau dure est une eau très calcaire).

 

ÉLECTRICITÉ STATIQUE :

Électricité développée par frottement de 2 corps l’un contre l’autre (ces corps peuvent être solides ou gazeux). La non conductibilité des corps entraîne une accumulation des charges.

 

ÉMULSION :

Milieu hétérogène constitué par la dispersion, à l’état de particules très fines, d’un liquide dans un autre liquide en phase continue, avec la particularité de n’être pas miscibles, par exemple l’eau et l’huile. Le lait est une émulsion de graisse dans l’eau. Pour qu’une émulsion soit stable, on ajoute un émulsifiant ou tensioactif.

 

ENTARTRER :

Envahir de tartre. Sans l’action du pH ou de la température, les carbonates de calcium dissous dans l’eau précipitent et forment des amalgames durs allant jusqu’à boucher les tuyauteries.

 

ENZYME :

Substance organique soluble, qui provoque ou accélère une réaction biochimique.

 

ÉPOXY :

Famille de polymères présentant des caractéristiques mécaniques et une inertie exceptionnelle aux agents chimiques.

 

F

FERMENTATION :

Transformation de substances organiques sous l’influence d’enzymes produits par des micro-organismes.

 

FLORE BACTÉRIENNE :

Ensemble des espèces bactériennes présentes dans un biotope inerte ou vivant. Toute action exercée sur ce biotope peut être suivie, sous l’effet de la pression sélective du milieu, d’un déséquilibre de cette flore d’où une sélection (généralement néfaste au biotope) d’une ou plusieurs espèces bactériennes plus adaptées.

 

FLUIDE :

Qui n’est ni solide, ni épais, mais coule aisément.

 

FONGICIDE (AFNOR) :

Substance propre à détruire les champignons parasites.

 

FONGISTASE (AFNOR) :

État d’une population fongique dont le développement est momentanément inhibé.

 

FONGISTATIQUE (AFNOR) :

Produit ou procédé ayant la propriété d’inhiber momentanément le développement des champignons.

 

G

GALVANISATION :

Fixation d’un dépôt électrolytique (Sel métallique) sur un métal pour le préserver de l’oxydation, obtenu par trempage à chaud ou par application à froid, d’une peinture riche en zinc.

 

GAZ PROPULSEUR :

Gaz qui permet aux aérosols de fonctionner. On utilise, par exemple, le gaz carbonique, le butane propane, le HFA 134,…

 

GERMICIDE :

Produit ayant la propriété de tuer les germes microbiens dans des conditions définies.

 

GRAISSE :

Substance onctueuse lubrifiante, d’origine animale, végétale ou minérale.

 

GRIPPAGE :

Ralentissement ou arrêt du mouvement de pièces ou d’organes mécaniques, provoqués par le frottement et la dilation des surfaces métalliques mal lubrifiées.

 

H

H.A.C.C.P :

Hazard Analysis Critical Control Point. Système préventif de maîtrise des risques et de contrôle en vue de garantir la non prolifération bactérienne.

 

HOMOLOGATION :

Certificat délivré par un organisme officiel (Ministère de l’Agriculture, Ministère de la Santé) qui régit l’emploi du produit homologué et garantit l’efficacité du produit pour l’usage spécifique et selon les préconisations indiquées pour lequel il est homologué.

 

HYDROFUGEANT :

Substance ou produit qui protège de l’eau et de l’humidité.

 

HYDROPHILE :

Qui absorbe l’eau facilement.

 

HYDROPHOBE :

Que l’eau ne mouille pas.

 

HYPOALLERGENIQUE :

Dont la composition minimise les risques d’allergie.

 

I

IMPUTRESCIBLE :

Caractéristique d’une matière qui ne se décompose pas avec le temps, qui ne pourrit pas dans des conditions d’utilisations humides ou au contact régulier de produits détergents ou corrosifs.

 

INDICE de VISCOSITE :

Caractéristique qui définit un lubrifiant ayant une viscosité (une consistance) donnée à différentes températures.

 

INDICE KAURIBUTANOL ou iKB :

Pouvoir de dissolution de la résine de KAURI. Cette valeur donne une idée du pouvoir solvant d’un produit.

 

INFLAMMABLE :

Qui s’enflamme en présence d’une flamme. Au niveau transport, le terme inflammable est réservé aux produits ayant un point d’éclair inférieur à 55°C.

 

ININFLAMMABLE :

C’est l’adjectif antonyme (construit à l’aide du préfixe in- + inflammable), qui n’est pas inflammable.

 

INIHIBITEUR :

Corps chimique qui a la propriété d’arrêter ou de réduire à l’extrême la vitesse d’une réaction, même lorsqu’il est ajouté en très petite quantité (Exemple : inhibiteur de corrosion).

 

INOXYDABLE :

Se dit de l’acier, dans lequel ont été incorporés divers éléments (carbone, chrome, titane,…) qui donnent à celui-ci une meilleure résistance mécanique, thermique, chimique. Les aciers inoxydables ne rouillent pas quant ils sont soumis aux intempéries, à l’inverse des aciers doux par exemple.

 

INSECTIFUGE :

Qui éloigne les insectes.

 

L

LAITANCE :

Ciment délayé dans de l’eau.

 

LUBRIFIANT :

Matière onctueuse, ayant la propriété d’atténuer les frottements et de favoriser le glissement des pièces entre-elles. On utilise surtout des huiles minérales, qu’elles soient naturelles ou synthétiques, certaines huiles végétales comme le ricin ou le colza ainsi que des produits à structure lamellaire comme le graphite, le mica, le talc,…Un lubrifiant se dit « Extrême pression » quand il a une capacité de charge améliorée pour les surfaces qui subissent des frottements importants.

 

M

MASSE VOLUMIQUE :

Masse d’un volume bien défini d’une substance à une température donnée. En général, il s’agit du poids en Kg. d’un m3 de liquide.

 

MARBRE :

Le terme « marbre » serait d’abord une appellation traditionnelle dérivée du grec marmaros, qui signifie « pierre resplendissante », (ensuite du latin marmor) et indiquait n’importe quelle pierre « lustrable », c’est-à-dire dont la surface pouvait être lustrée au moyen de polissage. Dans ce sens, l’appellation n’a pas de définition géologique précise et ne se réfère qu’à la capacité d’une roche à être polie et refléter la lumière.

Pour les scientifiques, un marbre est une roche métamorphique dérivant d’un calcaire ou d’une dolomie sédimentaire ayant été transformée généralement par métamorphisme régional ou plus rarement par métamorphisme de contact. Dans ce processus de transformation de la roche originelle, les structures sédimentaires sont effacées et la roche carbonatée recristallise en un amas de cristaux de calcite et/ou de dolomie engrenés de dimensions millimétriques à centimétriques. Les intercalations argileuses, les minéraux détritiques ou les oxydes minéraux présents dans le carbonate originel donnent alors au marbre diverses colorations et veinages polychromes du plus grand effet esthétique.

Comme toutes les roches d’origine métamorphique (ex. les ardoises) et fréquemment aussi les roches d’origine magmatiques (ex. granites), les marbres possèdent une schistosité (« feuille » ou « passe » des carriers), c.a.d. une direction préférentielle d’orientation des cristaux qui à l’Antiquité était utilisée pour découper les blocs selon un plan de moindre résistance de la roche.

Dans les études archéologiques et historico-artistiques sont comprises, parmi les « marbres », d’autres roches qui n’en sont pas du point de vue géologique et chimique, tel que les granits et porphyres, les diorites, les basaltes (tous d’origine magmatique ou volcanique), les albâtres (d’origine sédimentaire chimique) ou les calcaires particulièrement durs mais n’ayant pas subi de processus de re-cristallisation (aussi dénommées « pierres marbrières »).

On parle traditionnellement de marbres antiques par opposition aux marbres modernes selon l’origine greco-romaine (et donc généralement méditerranéenne) ou pas des carrières desquels ils ont été extraits.

Enfin, dernièrement de nombreux abus de langages sont observés sur le mot « marbre » chez des producteurs de céramiques et de produits agglomérés à base de résine à des fins de marketing. Ces produits ne sont pas d’origine naturelle et sont le résultat de processus chimiques et thermiques dont la durabilité et l’innocuité n’est pas prouvée. Il convient toujours de se renseigner sur l’origine naturelle d’un marbre.

 

MICRON :

Unité de longueur égale à un millionième de mètre (10-8m), abréviation : μm.

 

MICROORGANISME :

Terme générique désignant un organisme unicellulaire vivant et très petit. Sa taille ne permet pas l’observation autrement que par l’intermédiaire d’un système grossissant. On englobe sous ce terme les bactéries, les virus, les champignons microscopiques, et les protozoaires.

 

MINERALISATION :

Minéraliser consiste à faire pénétrer par capillarité des solutions à catalyseur dont la réaction de durcissement aboutit à la formation de silice qui reconstitue une structure nouvelle et durable. Les avantages : La réaction obtenue est définitive, le traitement est fait une fois dans la vie du matériau : les constituants minéraux du produit vont venir s’intégrer naturellement dans la structure du matériau. Non filmogène, n’augmente pas la glissance, ne modifie pas l’aspect naturel. En harmonie avec l’environnement et les matériaux, la minéralisation n’est pas sensible aux UV ou à l’abrasion et par conséquent, ne génère aucun rejet de décomposition. La minéralisation limite l’imprégnation des corps gras, l’adhérence des chewing-gums, consolide le support et facilite son entretien, tout en le laissant respirer.

C’est un des meilleurs moyens pour reformer le calcin qui protège les pierres des agressions extérieures. Les applications : Tous les supports minéraux poreux peuvent être minéralisés : les pierres, les terres cuites, les bétons, les ardoises, les granits, les enduits, les dallages, les joints de carrelage, etc.…

 

MISCIBLE :

Qui peut se mêler avec une autre substance pour former un mélange homogène. C’est-à-dire mélanger la graisse dans l’eau = le lait.

 

MOISISSURE :

Terme utilisé dans le domaine agroalimentaire pour désigner l’ensemble des micromycètes pouvant être responsables de l’altération de la matière.

 

MOLECULE :

Assemblage d’atomes. Constituants élémentaires de la matière.

 

MOUILLAGE :

Mécanisme qui va séparer la souillure de la surface inerte par l’intermédiaire d’un détergent.

 

N

NETTOYAGE :

Le but de l’opération de nettoyage est d’éliminer d’une surface ou d’un objet – les déchets, les souillures, les fibres, les particules, les graisses, etc…, de façon à ramener ces derniers à l’état de propreté requise pour l’opération de désinfection. Le nettoyage tend à priver les micro-organismes du substrat qui leur sert de support de vie (désinfection).

 

NORME :

Formule qui définit un type d’objet, un produit, un procédé technique en vue de simplifier, de rendre plus efficace et plus rationnelle la production dans un secteur économique donné.

 

O

OXYDATION :

Processus de fixation de l’oxygène sur un corps. Par exemple, l’oxygène entrant en contact avec le fer produit la rouille. Cependant plusieurs éléments comme le chlore et le soufre se comportant de façon identique dans certaines réactions, on parlera également d’oxydation.

 

P

PARTICULE :

Petite partie de matière solide ou liquide.

 

PEREMPTION :

Perte de la validité d’un produit lorsqu’un certain délai s’est écoulé.

 

PASSIVATION :

Traitement chimique des surfaces métalliques qui évite une oxydation. Cette opération est vivement conseillée après un dégraissage ou un décapage.

 

pH :

Coefficient caractérisant l’acidité ou l’alcalinité d’un milieu. Dans l’eau, on le place dans une échelle de 0 à 14 :

 

POINT d’EBULLITION :

Température à partir de laquelle un liquide se met à bouillir, ce phénomène accompagne le passage à l’état gazeux du liquide. A une pression donnée, cette température est une valeur caractéristique d’un corps pur. Exemple : eau : 100°C, chlorure de méthylène : 40°C.

 

POINT d’ECOULEMENT :

Même définition que le point de goutte mais s’appliquant aux liquides.

 

POINT de CRISTALISATION :

Température à partir de laquelle un composé liquide devient solide sous forme de cristaux (Exemple : Transformation de l’eau en glace).

 

POINT de GOUTTE :

Température à partir de laquelle une graisse commence à fondre en passant au travers d’un orifice donné.

 

POINT ECLAIR :

Température à partir de laquelle les vapeurs d’un produit prennent feu en présence d’une flamme nue.

 

POLUER :

Salir en rendant malsain, dangereux. Souiller.

 

POLYMERISATION :

Union de plusieurs motifs moléculaires identiques pour former une nouvelle molécule plus grosse.

 

POROSITE :

État de ce qui est perméable.

 

POUVOIR COUVRANT :

Capacité d’un produit à recouvrir une surface. On l’exprime en m2 par litre ou par Kg. de produit nécessaire pour couvrir une surface de 1 m2. Le pouvoir couvrant est fonction de l’épaisseur du revêtement et de la porosité du support, de la viscosité de la peinture et souvent de la teinte.

 

POUVOIR MOUILLANT :

Capacité d’un produit à s’étaler et à rendre humide une surface.

 

P.P.M. :

Partie par million. 1 p.p.m. = 1mg/l = 1 g/m3

 

PRECIPITATION :

Phénomène physique ou chimique à la suite duquel un corps solide insoluble prend naissance dans une phase liquide.

 

PROTEINE :

Protide complexe, à grosse molécule, formé par des chaînes d’acides aminés. Les protéines sont des éléments constitutifs essentiels de la matière vivante.

 

PROTOCOLE :

Ensemble des actions à effecteur selon un plan réglé et déterminé, respecté par chaque opérateur dans un domaine précis.

 

PULVERULENT

Qui est à l’état de poudre ou se réduit facilement en poudre. Désigne également un corps recouvert d’une sécrétion cireuse.

 

PYRETHRE :

Substance chimique, à l’état naturel présente dans les chrysanthèmes et ayant une activité insecticide très importante. Cette substance peut être obtenue également par synthèse chimique (pyrèthre chimique).

 

R

REDUCTEUR :

En chimie, un réducteur est l’opposé d’un oxydant. Un réducteur consomme de l’oxygène. Un oxydant en fournit.

 

REMANENCE :

Propriété qu’ont certains produits de demeurer actifs un certain temps après leur application.

 

RINCAGE :

Le RINCAGE est l’action de passer à l’eau claire ou à l’eau distillée stérile, ce qui a été décontaminé, nettoyé ou désinfecté, afin d’éliminer ou de faire disparaître les résidus des produits utilisés. Le rinçage, souvent négligé, est pourtant d’une importance primordiale, et devrait après la désinfection être prolongé le plus longtemps possible dans un bain.

 

S

SAPROPHITE :

Micro-organisme pouvant vivre et se développer sur un organisme vivant sans entraîner de manifestations pathologiques.

 

SECHAGE :

Opération destinée à éliminer les liquides, l’humidité, les condensations pouvant exister sur un appareil, après la désinfection et le rinçage. Le SECHAGE est obligatoire avant le rangement d’un appareil.

 

SEQUESTRANT :

Agent chimique empêchant, bloquant une réaction et favorisant une précipitation. Cette précipitation rend plus accessible les salissures permettant ainsi un meilleur nettoyage des pièces.

 

SOLUBLE :

Qui peut se dissoudre dans un solvant.

 

SOLVANT :

Substance qui a le pouvoir de dissoudre d’autres substances, Par exemple : l’eau, l’essence de térébenthine, le white-spirit,…Il existe également des solvants sélectifs capables de dissoudre certaines impuretés sans dommages pour les autres constituants.

 

SOUILLURE :

Dépôt d’un contaminant qui altère les mesures de propreté.

 

SPORE :

Forme de résistance, propre à certaines bactéries, permettant de conserver, dans des conditions hautement défavorables, les propriétés d’origine, et de redonner une bactérie identique à celle dont elle est issue.

 

SPORICIDE :

Produit ou procédé ayant la propriété de tuer les spores bactériennes.

 

SQUAME :

Particule biologique de 15 ou 20 micromètres de diamètres équivalent, provenant de l’épiderme humain et représentant l’évolution normale des cellules cutanées. Elles sont considérées comme un des principaux agents de la contamination biologique du fait de leur rôle de particules porteuses.

 

STERILISER :

Rendre stérile, aseptiser les surfaces par un produit bactéricide ou par chauffage.

 

« SUR » ODORANT :

Produit qui a la propriété de dégager un parfum puissant couvrant les autres odeurs.

 

SYNTHETIQUE :

Substance ou produit obtenu par synthèse, c’est à dire artificiellement.

 

T

TA :

Titre Alcalimétrique qui mesure l’alcalinité d’une eau. TA = carbonate + soude.

 

TAC :

Titre Alcalimétrique Complet. TAC = bicarbonate + carbonate + soude.

 

TARTRE :

Dépôt dur de matières organiques, de phosphates et de carbonates, qui se forme en particulier dans les canalisations. Le tartre est le résultat d’une sédimentation de sels insolubles (souvent calcaires).

 

TEFLON :

Famille de polymère (solide blanc) qui présente des propriétés auto lubrifiantes et une résistance chimique de haute qualité.

 

TENSIOACTIF :

Élément chimique permettant d’abaisser la tension de surface d’un liquide. Il existe 3 types de tensioactifs : anioniques, non ioniques, cationiques. C’est le tensio-actif qui fait diminuer cette force d’interaction et qui permet à des liquides non-miscibles de former des émulsions.

 

TH :

Titre Hydrométrique qui mesure la dureté d’une eau, généralement en degré français, et qui est directement lié à la concentration en calcium de l’eau.

 

V

VIRUCIDE (AFNOR) :

Produit ou procédé ayant la propriété d’inactiver les virus.

 

VIRUS :

Micro-organisme de très petite taille, ne pouvant en principe être observé qu’à l’aide d’un microscope électronique. Parasite de l’être vivant, car ne pouvant se reproduire qu’à l’intérieur d’une cellule vivante.

 

VISCOSITE :

État d’un fluide dont les molécules sont freinées dans leur déplacement par des interactions moléculaires plus ou moins intenses.

Lien Permanent pour cet article : http://nettoyage-entretien.fr/2013/05/15/dictionnaire/